La frénésie de Times Square a disparu, la place continue de briller dans un silence absolu. La 5ème Avenue a vu ses magasins fermer. Si New York est touchée alors c’est que le monde est vraiment en crise.
État américain le plus touché en nombre de cas, l’état d’urgence a été décrété et va permettre de dégager des fonds fédéraux pour faire face à la crise. L’Etat a passé commande de 6000 respirateurs artificiels. Le président américain a pour cela, annoncé qu’il allait recourir au « Défense Production Act », loi qui va permettre la production d’équipements sanitaires par l’industrie privée.

Les Etats-Unis ont souvent la réputation d’avoir un mauvais système de santé, mal remboursé. Pourtant, deux navires hôpitaux, équipés de chacun 1000 lits de réanimation, sont en train d’arriver sur les côtes de Californie et dans le port de New York.
                                                                Lire aussi l’épidémie vue d’Allemagne
Donald Trump a, ces tout derniers jours, pris conscience de la gravité de l’épidémie. Comme Emmanuel Macron, il a sorti les grands mots en parlant d’un pays en « temps de guerre ».
Avec la Californie également en confinement, les Etats-Unis ne pourront pas échapper au coup d’arrêt de l’économie, à eux seuls, ces deux États représentent près du 25% du produit intérieur brut des États-Unis.

Sahara Cohen