Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Présidentielle 2022

74J 06H 46Min 44Sec

Vudailleurs.com

Pourquoi la France apparaît-elle aujourd’hui si impopulaire en Afrique ?

Au Mali, au Sénégal et plus récemment au Tchad, lors des mouvements de protestation, les jeunes du Continent s’en prennent aux symboles de la présence française en Afrique. Pourquoi cette hostilité 60 ans après les indépendances chez une génération qui n’a jamais connu l’époque coloniale ?

Le président français Emmanuel Macron a augmenté l’aide au continent, a commencé le retour des objets culturels volés pendant les guerres coloniales et a dépassé les liens intergouvernementaux habituels pour impliquer les jeunes générations et la société civile.

Il a maintenu les troupes françaises au Sahel pour combattre les militants djihadistes qui tuent tant de civils, de policiers et de soldats locaux et a soutenu le bloc régional Ecowas alors qu’il tente de défendre la politique électorale contre les prises de contrôle militaires.

Cette année, il s’est envolé pour le Rwanda pour reconnaître publiquement les échecs français lors du génocide de 1994.

Pourtant, la France est aujourd’hui la cible de plaintes et de critiques acerbes africaines d’une ampleur sans doute inédite.

Le mois dernier, un convoi de troupes françaises se dirigeant vers le nord pour soutenir la lutte contre les militants islamistes a été bloqué à plusieurs reprises par des manifestants alors qu’il traversait le Burkina Faso et le Niger.

En septembre, le Premier ministre malien Choguel Maïga a été accueilli par une vague de commentaires sympathiques lorsqu’il a utilisé un discours à l’ONU pour accuser la France d' »abandonner son pays en plein vol », après que M. Macron a commencé à réduire le déploiement de troupes dans le pays.

Parmi les commentateurs ouest-africains progressistes et les jeunes urbains, il est désormais courant d’entendre des appels à l’abolition du franc CFA – la monnaie régionale utilisée par de nombreux pays francophones et qui est rattachée à l’euro sous une garantie du gouvernement français. Ses détracteurs disent que cela permet à la France de contrôler les économies des pays qui l’utilisent, tandis que la France dit que cela garantit la stabilité économique.

Arrogance néo-coloniale

Qu’est-ce qui explique ce paradoxe ? Comment se fait-il qu’un président plus soucieux de l’Afrique que ses prédécesseurs les plus récents, et plus conscient aussi de l’évolution du continent, rencontre un niveau d’impopularité française qui n’avait pas été ressenti depuis des décennies ?

Certes, le style personnel de M. Macron sûr de lui – les critiques diraient arrogant – est un facteur.

Il a fait sa part de bévues diplomatiques.

Après la mort de 13 soldats français dans un accident d’hélicoptère au Mali en novembre 2019, il a exigé que les dirigeants ouest-africains se rendent en France pour un sommet d’urgence, une explosion perçue comme de l’arrogance néocoloniale, d’autant plus que le Mali et le Niger avaient subi récemment des pertes militaires beaucoup plus lourdes.

Le président Macron a été contraint à une correction de cap rapide, s’envolant pour Niamey, la capitale du Niger, pour rendre hommage aux militaires nigériens morts et en reportant le sommet à janvier 2020.

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!