Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Présidentielle 2022

123J 02H 03Min 41Sec

Vudailleurs.com

a

Que se cache-t-il derrière la flamblée des prix de l’énergie ? Par Michel Salden, Responsable Matières premières chez Vontobel AM

Alors que le monde est confronté à une pénurie d’énergie, les niveaux négatifs d’échange du pétrole d’avril 2020 pétrole semblent loin. Depuis la réouverture de l’économie mondiale l’année dernière, la demande d’énergie augmente beaucoup plus vite que les capacités de production.

Au cours des 12 derniers mois, nous avons assisté à des hausses de prix massives de +100 % pour le pétrole, +350 % pour le charbon, +400 % pour l’électricité allemande, +95 % pour le gaz américain et +590 % pour le gaz européen. La remontée des prix de l’énergie ne concerne donc pas seulement le pétrole.  D’autres produits de base connaissent une accélération de la demande, alors que l’offre reste faible. Par exemple, en Chine, la consommation d’électricité a augmenté de 15 % par rapport à 2020, alors que la principale source d’énergie (le charbon) a enregistré une baisse de production de 10 % par rapport à l’année précédente. Alors que le monde occidental a largement diminué sa production de charbon, 60-70% de la demande énergétique totale de la Chine et de l’Inde est couverte par le charbon. Un certain nombre d’accidents miniers, d’inondations et de fermetures de mines ont entraîné un premier choc énergétique en Asie dès le début de l’année. Par conséquent, les prix de la production en Chine ont augmenté de 10 % par rapport à l’année précédente en raison d’une grave pénurie de charbon. Cela explique également pourquoi la plupart des pays asiatiques ont dû passer du charbon au gaz pour faire face aux risques de pénuries.

En Europe, les stocks de gaz ont eu du mal à décoller. Dès le mois de mars de cette année, la situation était tendue en raison d’une vague de froid tardive, qui a obligé les stocks de gaz européens à se constituer à partir d’une base très basse cet été. En outre, un été exceptionnellement chaud a lentement entamé la constitution des stocks de gaz. En outre, la production éolienne et solaire de l’été a été variable, ce qui a empêché une accumulation significative des stocks de gaz européens avant l’hiver. Aujourd’hui, le stockage de gaz européen est encore 20% inférieur à la normale.

 

L’Europe davantage  sous pression que l’Asie

Le secteur énergétique européen s’est positionné en faveur d’une transition énergétique des fossiles vers les renouvelables et a cessé d’investir dans des capacités de secours suffisantes (nucléaire, gazole), alors que les capacités de stockage de l’énergie produite par les renouvelables restent encore limitées. En outre, une décennie de baisse des prix du gaz a pu donner le signal erroné aux producteurs d’énergie européens qu’ils pouvaient abandonner les contrats de livraison de gaz à long terme et se contenter de combler les écarts d’approvisionnement sur le marché au comptant.  Ils n’ont donc pas pu se prémunir contre les hausses de prix actuelles. Ainsi, si l’Europe réussit à réduire son empreinte CO2, elle est aussi dans la position la plus compliquée pour faire face à tout futur choc énergétique imprévu et à la volatilité des prix de l’énergie volatils dans les années à venir.

Russie

Les politiciens européens pourraient imputer la pénurie de gaz à la Russie. Si les flux de gaz russe ont effectivement été inférieurs à la moyenne ces dernières semaines, la production a atteint les volumes de production les plus élevés depuis des années et les russes ont rempli tous leurs contrats de livraison à long terme. En revanche, elle n’a pas réservé de capacités supplémentaires sur le marché au comptant. Cela pourrait être motivé par la volonté d’accroître la pression sur l’UE pour qu’elle approuve enfin le gazoduc Nordstream 2. Cependant, les autorités russes sont probablement surtout motivées par le fait de faire le plein de leurs propres stocks nationaux, pour se préparer à un hiver très froid comme celui de l’année dernière.

La météo déterminera l’évolution future des marchés de l’énergie

La période de plus forte demande énergétique approchant à grands pas, il ne reste que quelques semaines pour reconstituer les stocks de gaz. L’une des façons de procéder passe par l’augmentation des flux de gaz russe via le gazoduc Nordstream 2. Une fois qu’il fonctionnera à pleine capacité, les prix du gaz pourraient chuter instantanément de 30 %. La question reste cependant de savoir si l’UE est prête à certifier le gazoduc pour qu’il fonctionne à pleine capacité avant janvier 2022. Par ailleurs, le gaz, le charbon et l’électricité se négociant à des multiples des prix du pétrole, nous assistons à une substitution du gaz par le pétrole et le charbon par les compagnies d’électricité pour produire de l’électricité, même si cela entraîne des coûts de pollution en CO2 plus élevés.

La météo est le principal facteur qui déterminera si les niveaux de stockage seront épuisés pendant ou même avant le pic hivernal. L’Europe et les États-Unis ont connu par le passé des cas où un hiver plus chaud que la normale a empêché un test de résistance des stocks de gaz naturel.

Comments

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!