Tesla a récemment tenu sa journée de l’intelligence artificielle et a annoncé son intention de fabriquer des robots humanoïdes sous le nom de code « Optimus ».

Tesla étant principalement connue pour ses voitures électriques dotées de la fonction de conduite autonome Autopilot, beaucoup ont jugé irréaliste la nouvelle selon laquelle Musk et son équipe se lançaient dans le monde de la robotique. Les médias l’ont traitée comme une blague.

Musk savait que les médias ne le prendraient pas au sérieux. Il a donc fait monter sur scène un « humanoïde » pour faire son annonce

Un robot « amical » de près d’1,70 m

C’est à l’occasion de la Journée de l’intelligence artificielle de Tesla qu’Elon Musk a dévoilé ce nouveau projet. Si l’on s’en tient aux détails donnés par le patron de Tesla, ce robot mesurera 1,73 mètre pour 56,7 kilogrammes.

Equipé d’un écran sur la face avant de sa tête, il pourra porter 20 kg, voire soulever une charge de 68 kg dans certains cas ou tenir 4,5 kg à bout de bras. Et se déplacera à une vitesse maximale de 8 km/h. En comparaison, un être humain marche à une vitesse comprise entre 4 et 6 km/h et peut courir à une vitesse maximale de 44 km/h. Cela permettra, en cas de problème, de « lui échapper en courant plus vite que lui a priori », a souligné avec humour Elon Musk, qui avait expliqué peu avant que ce robot serait « amical ».

Evoquant son utilisation, Elon Musk a précisé que ce robot sera capable de fixer des boulons sur des voitures à l’aide d’une clé à molette ou bien encore de récupérer des achats dans les magasins.

Musk n’a pas précisé s’il serait vendu ni à quel prix. Le robot aura un écran positionné à la place d’un visage pour afficher « des informations utiles », a déclaré Musk.

Musk a estimé que le robot aurait un impact « profond » sur l’économie. Il a déclaré que le travail physique serait un choix à l’avenir et qu’un revenu de base universel serait nécessaire. Musk fait partie des dirigeants de la Silicon Valley qui ont averti que la technologie pourrait éliminer les emplois de nombreuses personnes, de sorte que certains humains auront besoin d’une autre source de revenus. « Mais pas tout de suite étant donné que ce robot ne fonctionne pas », a ajouté Musk.

D’ailleurs, à ce propos, Elon Musk a déclaré en 2016 : « Il y a une assez bonne chance que nous nous retrouvions avec un revenu de base universel, ou quelque chose comme ça, en raison de l’automatisation », poursuivant en disant « Oui, je ne suis pas sûr de ce que l’on pourrait faire d’autre. Je pense que c’est ce qui se passerait ».

Bien que le robot de Musk ne soit pas opérationnel, nombreuses sont les entreprises qui se tournent vers l’automatisation au détriment des humains rémunérés pour un travail. Par exemple, des restaurants ayant du mal à embaucher des travailleurs pendant des mois, se sont tournés vers les codes QR où les convives peuvent voir les menus, plutôt que de se faire apporter le menu par un serveur. La crise sanitaire a d’ailleurs été un catalyseur dans ce sens.

Hélène Samson