Derniers Articles

Restez en contact avec nous

Vous avez une question? Vous souhaitez entrer en contact avec la rédaction? Ce formulaire vous permettra d’envoyer une demande à notre équipe. Nous vous répondrons dans les 48h suivant l’envoi de votre message.

Email
contact@vudailleurs.com

Addresse
25 RUE MICHEL ANGE

75016 PARIS 16

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Présidentielle 2022

123J 02H 34Min 09Sec

Vudailleurs.com

Le vélo dans la ville : un révélateur social

Qu’il soit ou non électrique, le vélo est un moyen formidable de se déplacer en ville. Mais au-delà de cet aspect purement utilitaire, la pratique du vélo en ville est synonyme de nombreux intérêts, tant sur le plan physique que financier, ou encore écologique. En période de crise sanitaire COVID-19, c’est aussi un excellent moyen d’éviter les transports en commun.
La question relative au dérèglement climatique et à notre empreinte sur l’environnement est, en 2021, plus que jamais au centre des préoccupations quotidiennes de chacun.

A cet égard, il devient indispensable que nous changions nos habitudes pour nos déplacements, surtout dans les villes. Même si le mot “changement” peut être synonyme de perte de confort et de rapidité. Changer nos habitudes ne doit pas forcément se faire au détriment de notre rapidité, de notre productivité ou encore de notre confort.
De nombreuses études ont démontré qu’en ville le vélo est plus rapide que la voiture, sur des distances comprises entre 1 et 5 km : un cycliste va en moyenne à 15 km/h contre 14 km/h pour un automobiliste.
D’autant plus que privilégier le vélo, c’est s’affranchir des bouchons. Les villes vont de plus en plus dans le sens des cyclistes, à l’image de Nantes qui a créé de nombreuses pistes cyclables.

Les vélos en libre-service se retrouvent dans la quasi-totalité des villes cyclables. Le Vélov’ à Lyon puis le Vélib’ à Paris ont été les pionniers d’un système qui a désormais gagné la planète. En France, en tout cas, il en existe dans la plupart des grandes villes, même à Marseille ville pourtant peu cyclable, mais aussi dans des villes moyennes comme Toulon ou Angers qui propose par ailleurs une formule originale : le prêt gratuit d’un vélo (entre une semaine et un an maximum), histoire de faire naître de nouvelles habitudes de déplacement. La métropole nantaise, quant à elle, prend en charge 25 % de l’achat d’un vélo à assistance électrique pour encourager les trajets de plus longue distance

Postez un commentaire

You don't have permission to register
error: Content is protected !!
You don't have permission to register
error: Content is protected !!