Fournira ou fournira des masques à la population. Emmanuel Macron a tranché : ce n’est pas la vocation de l’État ou en tout cas du contribuable français. Obligatoires dans les lieux clos depuis lundi, et dans certains lieux ouverts fréquentés comme dans les transports publics, les masques sont devenus un indispensable, pas toujours à la portée de toutes les bourses. En même temps, s’il est interdit de sortis nus, l’État ne paie pas pour autant les vêtements des citoyens.
Alors comment s’y prendre ? Dans son interview télévisée, le président a affirmé que cela devait relever de la politique sociale. Seront aidés ceux qui n’ont pas les moyens, mais ils ne seront pas assistés. Le ministre de la Santé a précisé que deux millions de Français pourraient se faire rembourser des masques achetés sur prescription médicale. En revanche, la compétence de l’État doit rester dans le fait que les magasins et entreprises restent approvisionnés de ces produits de première nécessité.
Selon une étude, en changeant de masques 2 à 3 fois par jour, le budget moyen mensuel peut avoisiner les 50 euros. On s’en serait bien passés.

Amélie Le moine